Theme #3: Integrative strategies / Thème #3: Stratégies intégratives

Theme #3: Integrative strategies – realizing transformations through technology, behaviour and/or finance

Version française de l'extrait du document cadre portant sur le thème

This text is an excerpt of the Framing Document (complete document).
 

The successful implementation of climate policies is often hindered by a neglect of the need to consider simultaneously technological, behavioural, and financial dimensions to the changes proposed. Despite the importance of innovation in achieving adaptation, mitigation and clean growth objectives, limited considerations for behavioural and financial dimensions often result in constraints in the deployment of environmentally performant technologies and innovations, even when policy and regulatory obstacles are successfully addressed.

For instance, a narrow focus on innovation may neglect that a significant barrier to achieving adaptation, mitigation or clean growth objectives in this situation is the cost and financing of technological transformations, and not merely the search for new technologies. One such example is the deep decarbonization in the buildings sector through high-performance retrofits, where a significant amount of effort is devoted to fostering technological innovation, while much less is done to understand the financial barriers to the deployment of existing technologies on a mass scale. In order to establish the parameters of a successful implementation of policies aiming to increase the use of technological innovations in the sector, a better understanding and assessment of the scale of investments required to finance the adoption of existing solutions is necessary.

An adequate consideration for behavioural dimensions beyond changing individual preferences is also essential to the design of successful implementation strategies. For instance, the German renewable energy program contributed to increasing the share of renewables in power generation from less than 5% to close to over 35% since the 1990s. While the main objective of the program was to prop up the development and deployment of wind and solar technologies, it was part of a strategic political economy rationale for the program as a whole, that targeted both individual/consumer behaviour and investor preferences. This included the shutting down of nuclear electricity production, improvements to energy independence, and the development of a domestic renewable industry, all necessary to build strong and enduring public support for the program. Adequate policy design was supplemented with strategic aspects in its implementation, in order to change investor preferences as well as consumer ones, helping the country achieve the renewable electricity generation objectives. A better understanding and integration of these broad behavioural aspects is necessary to eliminate or reduce implementation obstacles, as well as seize opportunities brought about in demographics or through changing individual preferences, in relation to the political economy of climate policies.

In light of these considerations, more research should help develop operationalization strategies for climate policy that are tailored to address Canada’s specific situation and challenges, and which will help make the substantial corrections needed to both achieve 2030 GHG targets and decrease vulnerability to the impacts of unavoidable climate change. This would help fill gaps in research on the implementation of policies intent to spur the development and use of environmentally performant technology and infrastructure, as well as set standards that ensure resilience, innovation and reactivity to disruptive technologies. A long list of areas were brought up by respondents as requiring more attention from research and policy, and where financial and behavioural aspects need to be better understood. For instance, respondents alternatively pointed out the hydrogen economy, integration of flood proofing and other resilience into energy efficiency strategies, the importance of retrofits and re-use of existing infrastructure and equipment, modular Passive house construction, battery storage, natural sequestration, high tech heat recovery, and CCUS beyond its primary use at this point for enhanced oil recovery.

Excerpts from survey responses:

“Less on new tech, more on existing tech deployment to scale (far too often, 'clean growth' research focuses on new technology development and innovation. While important, those areas are much less important to decarbonization efforts than overcoming the policy, cultural, and financial barriers to rolling out proven and existing technologies (renewable energy, smart grids, efficiency, vehicle electrification).”

In relation to behavioural aspects, respondents underlined the importance of better understanding how to change consumption patterns (or reduce consumption), convince populations of the long-term benefits of short-term preparation through adaptation policy, and identify and leverage youth enablers to climate action. All of these, in addition to policy stability and coherence, can help improve the political economy of climate policies, by increasing confidence and engagement from individuals and business actors.

Excerpts from survey responses:

“Behavioural change is the top mitigation research gap and opportunity. We have seen that we can reduce emissions, but it is not clear how to incentivize this behavior in a sustainable manner.”

“Adaptation: what do people need to change behaviour, to understand that preparation today pays dividends in the future?”

“The stability and coherence of public policy plays a significant role in determining the confidence of the private sector in pursuing new carbon credit related business models and often shapes investment decisions in infrastructure key for emission reduction. The lack of coherence in public policy and a lack of confidence from the private sector that policies are designed to create the most effective and lowest cost emission reduction policy has created lost opportunities for the private sector to be further engaged in the transition”

With regard to financing aspects, respondents highlighted that research could help establish the projected scale of investment required over the next three decades, and how to align financing from banks and institutional investors with climate targets.

Excerpts from survey responses:

“Canada's banks, insurance companies, asset managers and pension funds hold massive pools of capital and are critical to financing the clean growth transition and enabling Canada to meet its climate commitments. Just like governments must align their policies with Canada's climate commitments, so must investors and financial actors. (…) Canadian banks failing to align their investment and financial strategies with the Paris Agreement alone are enough to prevent Canada from meeting its climate targets. “

The challenge to integrate technological, behavioural and financial aspects in the operationalization of climate objectives is key to the successful implementation of strategies that result in the transformative changes necessary to achieve climate policy targets.

Example of questions to be discussed:

  1. What are the advantages, if any, in linking technological, behavioural and financial issues? How do these advantages differ among sectors?
  2. Given that these questions are often managed in different ministries and even at different levels of government, what is the impact on policy development?
  3. How can a strategic approach be employed to integrate these three dimensions to ensure the successful operationalization of climate objectives?
  4. What are the main behavioural barriers to the widespread adoption of climate mitigation technology, and how can policy design ensure that these are overcome in a sustainable manner?
  5. What are some emerging behavioural trends that could leverage the adoption of climate mitigation technology?
  6. How can policy be made resilient so as to be reactive to disruptive technologies?
  7. What is needed to make private investment better aligned with climate targets?
  8. How can technological, behavioural and financial dimensions be integrated to address the challenges of national mitigation policies targeting the natural resources sector?

Thème # 3 : Les stratégies intégratives – réaliser les transformations par la mise en œuvre réussie de politiques climatiques 

Le succès de la mise en œuvre des politiques climatiques est souvent compromis par le fait que l’on néglige la nécessité de considérer en même temps les dimensions technologiques, comportementales et financières des changements proposés. L’innovation est de toute évidence importante pour l’atteinte des objectifs d’adaptation, d’atténuation et de croissance propre; cependant, la prise en compte insuffisante des aspects comportementaux et financiers entraîne souvent des contraintes qui nuisent au déploiement de technologies et d’innovations performantes au niveau écologique, et ce, même lorsque les obstacles politiques et réglementaires sont surmontés avec succès. 

Par exemple, une approche centrée sur l’innovation peut accorder trop d’importance à la recherche de nouvelles technologies et négliger le fait que le coût et le financement des transformations technologiques peuvent constituer un obstacle important pour la réalisation des objectifs d’adaptation, d’atténuation et de croissance propre dans une situation donnée. La tentative de décarbonisation profonde du secteur du bâtiment par l’entremise de rénovations visant une meilleure performance énergétique en est un bon exemple : alors que des efforts importants étaient consacrés à la promotion de l’innovation technologique, peu de mesures visaient à mieux comprendre les obstacles financiers qui limitent le déploiement à grande échelle des technologies existantes. Pour déterminer les paramètres qui assureront le succès de la mise en œuvre des politiques destinées à accroître l’utilisation des innovations technologiques dans le secteur, l’on se doit de mieux comprendre et évaluer l’ampleur des investissements requis pour financer l’adoption des solutions existantes. 

Une prise en compte adéquate des dimensions comportementales, qui va au-delà du changement des préférences individuelles, est aussi essentielle à la conception de stratégies de mise en œuvre efficaces. Par exemple, le programme allemand d’énergies renouvelables a contribué à faire passer la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité de moins de 5 % à près de plus de 35 % depuis les années 1990. Alors que l’objectif principal du programme consistait à soutenir le développement et le déploiement des technologies éolienne et solaire, le programme dans son ensemble s’inscrivait dans une logique stratégique d’économie politique qui ciblait à la fois le comportement des individus/consommateurs et les préférences des investisseurs. Ce programme comprenait l’arrêt de la production nucléaire d’électricité, l’amélioration de l’indépendance énergétique et le développement d’une industrie nationale des énergies renouvelables, trois éléments nécessaires pour assurer au programme un soutien solide et durable de la part du public. Cette politique, habilement conçue et stratégiquement mise en œuvre, a permis de modifier les préférences des investisseurs ainsi que celles des consommateurs, contribuant ainsi à aider le pays à atteindre ses objectifs en matière de production d’électricité renouvelable. Il est essentiel de parvenir à mieux comprendre et intégrer ces aspects comportementaux si l’on veut éliminer ou réduire les obstacles qui nuisent à la mise en œuvre des mesures environnementales. Cela permettra également de saisir les opportunités offertes par les données démographiques ou l’évolution des préférences individuelles dans le cadre de l’économie politique des politiques climatiques. 

Au vu de ces considérations, la réalisation de recherches plus poussées devrait permettre d’élaborer des stratégies d’opérationnalisation des politiques climatiques qui seront mieux adaptées à la situation et aux défis spécifiques du Canada. Ces recherches soutiendront également les importantes mesures correctives qu’il faudra mettre en œuvre pour pouvoir atteindre les objectifs de réduction des émissions de GES pour 2030 et diminuer la vulnérabilité du Canada face aux impacts inévitables des changements climatiques. Ces travaux contribueront à combler les lacunes de la recherche en ce qui concerne la mise en œuvre des politiques visant à stimuler le développement et l’utilisation de technologies et d’infrastructures performantes au niveau écologique. Ils serviront également à l’établissement des normes qui assurent la résilience, l’innovation et la réactivité par rapport aux technologies de rupture. Les répondants ont mentionné un grand nombre de domaines qui demandent à recevoir davantage d’attention de la part de la recherche et des politiques, en particulier afin d’acquérir une meilleure compréhension de leurs aspects financiers et comportementaux. Les répondants ont par exemple mis l’accent sur l’économie de l’hydrogène, l’intégration de la protection contre les inondations et d’autres mesures de résilience dans les stratégies d’efficacité énergétique, l’importance des rénovations et de la réutilisation des infrastructures et équipements existants, la construction de maisons passives modulaires, le stockage dans des batteries, la séquestration naturelle du carbone, les technologies de pointe en matière de récupération de chaleur ainsi que le captage, l’utilisation et le stockage du carbone (CUSC), en appliquant cette technologie à d’autres fins que la récupération assistée des hydrocarbures pour laquelle on l’utilise actuellement. 

Extraits des réponses au sondage : 

« Accorder moins d’importance aux nouvelles technologies, et plus au déploiement des technologies existantes à grande échelle. Bien trop souvent, la recherche sur la "croissance propre" se concentre sur l’innovation et le développement de nouvelles technologies. Bien que ces domaines soient importants, ils le sont beaucoup moins pour les efforts de décarbonisation que le dépassement des obstacles politiques, culturels et financiers au déploiement de technologies éprouvées et existantes (énergies renouvelables, réseaux intelligents, efficacité énergétique, électrification des véhicules). »

En ce qui concerne les aspects comportementaux, les répondants ont souligné l’importance d’acquérir une meilleure compréhension des moyens à mettre en œuvre pour changer les modes de consommation (ou réduire la consommation), convaincre les populations des avantages à long terme de se préparer à court terme grâce à l’adoption de politiques d’adaptation, et identifier et tirer parti des éléments qui stimulent l’intérêt des jeunes pour les mesures climatiques. Tous ces éléments, associés à la stabilité et à la cohérence des politiques, peuvent contribuer à améliorer l’économie politique des politiques climatiques en augmentant la confiance et l’engagement des citoyens et des acteurs commerciaux. 

Extraits des réponses au sondage : 

« Le changement de comportement est la principale lacune et opportunité de recherche en matière d’atténuation. Nous avons vu que nous pouvons réduire les émissions, mais la façon d’encourager ce comportement de manière durable n’est pas clairement définie. »

« Adaptation : de quoi les gens ont-ils besoin pour changer de comportement, pour comprendre que les préparatifs effectués aujourd’hui porteront fruit dans l’avenir?»

« La stabilité et la cohérence des politiques publiques joue un rôle important et soutient la confiance du secteur privé, ce qui incite celui-ci à adopter de nouveaux modèles commerciaux liés au crédit carbone et influence souvent les décisions d’investissement dans les infrastructures essentielles pour la réduction des émissions. Le manque de cohérence des politiques publiques, et le manque de confiance du secteur privé dans le fait que les politiques sont conçues pour permettre la réduction des émissions de la manière la plus efficace et la moins onéreuse possible, a entraîné la perte d’occasions pour le secteur privé de s’engager davantage dans la transition. »

En ce qui concerne les aspects financiers, les répondants ont souligné que la recherche pourrait aider à prévoir l’ampleur des investissements auxquels il faudra consentir au cours des trois prochaines décennies et préciser de quelle manière on peut faire concorder le financement des banques et des investisseurs institutionnels avec les objectifs climatiques.  

Extraits des réponses au sondage : 

« Les banques, les compagnies d’assurance, les gestionnaires d’actifs et les caisses de retraite du Canada détiennent d’énormes réserves de capitaux; ce sont des acteurs dont la contribution est essentielle pour financer la transition vers une croissance propre et permettre au Canada de respecter ses engagements climatiques. Les investisseurs et les acteurs financiers doivent, tout comme les gouvernements, faire concorder leurs politiques avec les engagements climatiques du Canada. (…) Le fait que les banques canadiennes n’alignent pas leurs stratégies financières et d’investissement sur l’Accord de Paris suffit à lui seul à empêcher le Canada d’atteindre ses objectifs climatiques. »

Intégrer les aspects technologiques, comportementaux et financiers dans l’opérationnalisation des objectifs climatiques est un défi qu’il est essentiel de relever. De cela dépend le succès de la mise en œuvre des stratégies qui permettront d’apporter les changements en profondeur nécessaires à l’atteinte des objectifs des politiques climatiques. 

Exemples de questions à discuter lors de l’atelier : 

  1. Quels sont les avantages, s’il y en a, de relier les problèmes technologiques, comportementaux et financiers? En quoi ces avantages diffèrent-ils selon les secteurs?
  2. Étant donné que ces problèmes sont souvent gérés par différents ministères, et même à différents niveaux de gouvernement, quel est l’impact de cette situation sur l’élaboration des politiques?
  3. Comment peut-on utiliser une approche stratégique pour intégrer ces trois dimensions et assurer ainsi le succès de l’opérationnalisation des objectifs climatiques? 
  4. Quels sont les principaux obstacles comportementaux à l’adoption généralisée des technologies d’atténuation des changements climatiques, et comment les politiques peuvent-elles être conçues pour garantir que ces obstacles soient surmontés de manière durable? 
  5. Quelles sont les tendances comportementales émergeantes qui pourraient favoriser l’adoption de technologies d’atténuation des changements climatiques?
  6. Comment rendre les politiques résilientes afin qu’elles soient réactives face aux technologies de rupture?
  7. Que faut-il faire pour que les investissements privés concordent mieux avec les objectifs climatiques?
  8. Comment intégrer les dimensions technologiques, comportementales et financières pour relever les défis des politiques nationales d’atténuation ciblant le secteur des ressources naturelles?

Participants 4 Invite